ouate


ouate

ouate [ 'wat; wat ] n. f.
• 1661; wadda h. 1380; p.-ê. ar. bata'in, par l'it.
1Matière textile (généralement coton) spécialement préparée pour garnir les doublures de vêtements, des objets de literie, pour rembourrer des sièges. 1. bourre. De la ouate, de l'ouate. « une vieille robe de chambre en calicot imprimé dont la ouate prenait la liberté de sortir par plusieurs déchirures » (Balzac).
Par ext. Ouate de verre : fibre de verre très fine (cf. Laine de verre) .
2Coton spécialement préparé pour servir aux soins d'hygiène. coton. Ouate chirurgicale, hydrophile, thermogène. Tampon d'ouate. Mouchoirs jetables en ouate de cellulose. Fig. Vivre dans de la ouate, dans un milieu très protégé.
⊗ HOM. Watt.

ouate nom féminin (italien ovatta, de l'arabe baṭāin, fourrure de vêtements) Avec ouate, l'élision de l'article ou de est facultative : tampon de ouate ou d'ouate. Laine, soie, filasse ou coton, préparés soit pour être placés sous la doublure des objets de literie ou de vêtements que l'on veut rendre plus chauds, soit pour servir à des pansements. Débris de laine ou de coton cardé mis en feuilles et dont la couche superficielle forme une croûte pour en empêcher la désagrégation. Littéraire. Ce qui a la consistance ou l'aspect de l'ouate : La ouate des nuages. Appellation attribuée par la Pharmacopée française à des tissus cellulosiques d'origine végétale ou synthétique. ● ouate (difficultés) nom féminin (italien ovatta, de l'arabe baṭāin, fourrure de vêtements) Avec ouate, l'élision de l'article ou de est facultative : tampon de ouate ou d'ouate. Orthographe L'expression courante comme l'expression soignée admettent l'élision ou l'absence d'élision : de l'ouate ou de la ouate ; un morceau d'ouate ou de ouate. En revanche, il n'y a ni élision ni liaison devant le pluriel : des ouates cardées (ne pas prononcer des-z-ouates), et devant les dérivés : ouater (je ouate, nous ouatons), la ouatine, des ouatines (ne pas prononcer des-z-ouatines). ● ouate (expressions) nom féminin (italien ovatta, de l'arabe baṭāin, fourrure de vêtements) Avec ouate, l'élision de l'article ou de est facultative : tampon de ouate ou d'ouate. Ouate de cellulose, bande ou feuille crêpée de formation ouverte, constituée de films de cellulose et comprenant un ou plusieurs jets assemblés à sec. ● ouate (homonymes) nom féminin (italien ovatta, de l'arabe baṭāin, fourrure de vêtements) Avec ouate, l'élision de l'article ou de est facultative : tampon de ouate ou d'ouate. watt nom masculin

ouate
n. f.
d1./d Textile spécialement préparé et cardé pour garnir des doublures, servir de bourre, etc.
d2./d Coton soyeux cardé fin et destiné aux soins d'hygiène, de chirurgie, etc. De l'ouate ou de la ouate.

⇒OUATE, subst. fém.
A. —Bourre de matière textile (surtout de coton) préparée pour garnir les doublures de vêtement, la literie, pour rembourrer les sièges. Ouate de chanvre, de laine, de soie; couverture d'ouate; jupe doublée d'ouate. Une vieille robe de chambre en calicot imprimé, dont la ouate prenait la liberté de sortir par plusieurs déchirures (BALZAC, Cous. Pons, 1847, p.178). Un tailleur bulgare avait voulu avantager ma vareuse en la matelassant de ouate à la poitrine et aux épaules (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p.167).
Spécialement
1. Coton traité pour absorber aisément les liquides, purifié et blanchi, utilisé pour les pansements ou les soins d'hygiène. Ouate chirurgicale, un paquet d'ouate hydrophile; tampon d'ouate. Il se contenta d'envelopper le pied et le genou dans de la ouate, qu'il maintint ensuite avec de la toile cirée (ZOLA, Joie de vivre, 1884, p.837). Il tamponnait (...) à petits coups, d'un morceau d'ouate imbibé d'éther, sa cuisse nue (BERNANOS, Joie, 1929, p.635).
2. Ouate de cellulose. Succédané du coton composé de minces couches superposées de cellulose, utilisé en particulier en puériculture pour confectionner des couches. L'usage de l'ouate date du Moyen Âge et est toujours général. De nos jours on utilise comme produit de remplacement l'ouate de cellulose (LELOIR 1961).
B.P. anal., littér. Matière qui rappelle la ouate par son aspect, sa consistance. Les traînées de blanche ouate que les neigistes officiels disposent si gentiment (HUYSMANS, Art mod., 1883, p.266). Un large papillon, fait d'ouate noire, entre par la fenêtre (TOULET, Nane, 1905, p.172). Un excellent petit vieillard propret, aux favoris d'ouate (JAMMES, Mém., 1922, p.88):
♦ Les joncs piqués et tachés d'iris jaunes, les arbres, les feuilles, le ciel bleu, les nuages d'ouate, qui nagent comme des ventres de cygnes, tout cela se mire et tremble en reflets dérangés par une moire de lumière.
GONCOURT, Journal, 1864, p.53.
En partic. Brume épaisse, brouillard. L'automne déjà sur sa fin agonisait dans des brouillards d'hiver, dans une ouate où, de loin en loin, s'élargissait l'étoile d'un bec de gaz (COURTELINE, Gaîtés Esc., Bourse, 1895, II, p.280). Le premier soleil achevait de dissiper au fond des vallées les ouates laissées par la nuit (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p.229).
C.Au fig., fam. Dans (de) la ouate. Confortablement, douillettement; très délicatement, dans un milieu très protégé. Vivre dans de la ouate. Figurez-vous une jeune miss élevée dans la ouate, habituée à marcher sur les tapis des salons ou sur la ray-grass des plus beaux parcs (ABOUT, Roi mont., 1857, p.78).
Rem. Sur l'élision de l'art. ou de la prép. devant ouate, v. infra prononc. et orth.
Prononc. et Orth.:[wat]. Homon. watt, ouat(te). Ac. dep. 1718: ouate; mais 1740: ,,quelques-uns pourtant disent et écrivent ouette``, 1798: ,,on dit plus communément ouète``, 1835: ,,on prononce ouète``. Cette prononc. est jugée tout à fait surannée ds LITTRÉ. Ac. dep. 1878 uniquement ouate [wat]. [] = prononc. prise au XVIIIe s. par hypercorrection à la suite de l'évolution [we] > [] et répandue surtout dans le milieu des tailleurs et des couturières (v. G. STRAKA, Formation de la prononc. fr. ds Trav. Ling. Litt. Strasbourg, t.19, n° 1, 1981, p.187. L'élision de l'art. ou de la prép. est facultative: de l'ouate ou de la ouate, mais l'élision semble l'emporter aujourd'hui. Étymol. et Hist. 1. 1493 «coton, laine ou soie effilée et cardée qui sert à doubler une sangle» (doc. 14 août ds R. DE LESPINASSE, Les Métiers et corporations de la ville de Paris, t.3, p.389); 1661 ouatte «coton très fin ou bourre de soie cardée dont on se sert pour faire des couvertures ou pour doubler une autre étoffe» (Inventaire du surintendant Fouquet ds HAVARD); 1865 «coton cardé dont on se sert pour les pansements (LITTRÉ-ROBIN); 1894 coton ou ouate hydrophile (BOUCHARDAT, Nouv. formulaire, p.53); 2. 1797 au fig. (CHATEAUBR., Essai Révol., t.2, p.424: partout se formoient dans les cieux de grands bancs d'une ouate éblouissante de blancheur). Orig. inc. L'ar. tn «ventre», proposé comme étymon par SEYBOLD (ds Z. f. deutsche Wortforschung, t.10, pp.222-223) ne convient pas du point de vue phon. C. NIGRA (ds Z. rom. Philol. t.28, pp.645-646) voit dans ouate un empr. à l'ital. ovatta (qui serait dér. de uovo «oeuf» parce que le blanc d'oeuf a été utilisé dans la fabrication de l'ouate) mais ovatta ne semble pas att. av. 1667 (MAGALOTTI) et est donc plutôt empr. au fr. (v. DEI). L. SAINÉAN (Sources t.3, pp.42-44 et Autour Sources, pp.254-256) voit dans ouate le résultat de la prononc. parisienne du région. ouette «petite oie, oison» qui aurait servi à désigner le duvet d'oie, puis l'ouate, mais on ne trouve pas le sens «duvet d'oie» dans les plus anc. attest. G. BAIST (ds Z. rom. Philol. t.32, pp.47-49), suivi par EWFS2, s'appuyant sur certains dict. et ouvrages sc. des XVIIe et XVIIIe s. qui mentionnent que l'ouate était à l'orig. issue d'une plante orientale appelée Apocynum ou Asclepia syriacum ou aegyptiacum, croit le mot issu de l'ar. d'Égypte (sans préciser la forme de l'étymon) mais cette hyp. est également contredite par les 1res attest. V. FEW t.21, pp.443-444. COR.-PASC. (s.v. bata) propose l'ar. proprement «mettre», (an) «ouater (un habit)», hyp. encore mal fondée car les mots esp. qui seraient issus de (bata «robe de chambre» et guata «ouate») ne sont pas att. anciennement. Fréq. abs. littér.:190.
DÉR. Ouateux, -euse, adj. a) Qui est garni, doublé d'ouate. Mon costume (...) matelassé ça et là de petits sachets ouateux (COURTELINE, Ah! Jeun., Chev. Hanneton, 1895, II, p.64). b) Qui ressemble à de la ouate. Duvet ouateux. Pendant les soirs d'hiver, la nuit venue (...) du croissant une ouateuse nue emmaillotte la corne en un flot de vapeur (GAUTIER, Albertus, 1833, p.127). En partic. Brumeux, voilé par le brouillard. Jour au printemps non flou, non ouateux, non baignant les choses, mais un jour aigu clair, pas étoffé, tulle avare de l'or de la lumière (GONCOURT, Journal, 1855, p.223). [watø], fém. [-ø:z]. V. ouate. 1reattest. 1803 (BOISTE); de ouate, suff. -eux.

ouate [wat] n. f.
ÉTYM. 1661; wadda, attestation isolée, 1380; p.-ê. arabe bǎṭā’ĭn « doublure de vêtements ». REM. Devant ouate, l'élision est facultative. De l'ouate ou de la ouate. Un enveloppement d'ouate ou de ouate (cf. Grevisse, le Bon usage, §105, rem. 2).
1 Vieilli ou techn. Laine, soie ou coton préparé pour garnir les doublures de certains vêtements, des objets de literie, pour rembourrer des sièges… Bourre (→ Jupe, cit. 1). || Ouate fine. || Ouate commune ou chiffonnière, qu'on obtient en effilochant des chiffons. || Ouate tapissière. || Couverture doublée d'ouate.
1 Las, cet agent d'affaires essaya de se draper, en ramenant sur ses genoux pointus, couverts en molleton excessivement râpé, les deux pans d'une vieille robe de chambre en calicot imprimé, dont la ouate prenait la liberté de sortir par plusieurs déchirures (…)
Balzac, le Cousin Pons, Pl., t. VI, p. 674.
Par anal. || Ouate de verre : fibre de verre à filaments très fins (→ Laine de verre).
2 Cour. Coton préparé pour servir à la confection de pansements ou aux soins d'hygiène. Coton. || Ouate cardée. || Ouate chirurgicale, hydrophile, thermogène. || L'ouate est un absorbant. || Tampon d'ouate.
Loc. fig. Vivre dans de la ouate, douillettement, confortablement. Coton. || Sa mère l'a élevé dans de la ouate.
Par anal. || Ouate de cellulose : matière ressemblant à la ouate (2.), fabriquée à partir de cellulose, servant à des usages médicaux.
Par compar. || Les nuages s'effilochent comme de la ouate.
3 (1802). Par métaphore ou fig. Chose qui a l'aspect de la ouate (→ Amoncellement, cit. 2; circuler, cit. 6; nue, cit. 2).
2 (…) le premier soleil achevait de dissiper, au fond des vallées, les ouates laissées par la nuit (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. VI, p. 30.
DÉR. Ouaté, ouater, ouateux, ouatine.
HOM. Watt.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ouaté — ouaté …   Dictionnaire des rimes

  • ouaté — ouate [ wat; wat ] n. f. • 1661; wadda h. 1380; p. ê. ar. bata in, par l it. 1 ♦ Matière textile (généralement coton) spécialement préparée pour garnir les doublures de vêtements, des objets de literie, pour rembourrer des sièges. ⇒ 1. bourre. De …   Encyclopédie Universelle

  • Ouate — de cellulose La ouate de cellulose est un matériau de construction isolant très prisé en écoconstruction. La ouate de cellulose est fabriquée avec des journaux recyclés, ce qui nécessite peu d énergie et aucune pollution environnementale. Son… …   Wikipédia en Français

  • ouate — OUATE. s. f. Espece de coton plus fin & plus soyeux que l autre, & que l on met entre deux estoffes. Une camisole d oüate. une jupe doublée d oüate. une couverture d oüate. On escrit & on prononce de la oüate. Quelques uns pourtant disent &… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ouaté — ouaté, ée (ou a té, tée) part. passé d ouater. •   J ai une robe de chambre ouatée, j allume du feu tous les soirs, SÉV. 19 juin 1680 …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ouate — (ou a t ; l Académie dit qu on prononce ou è t ; mais cette prononciation est tout à fait en désuétude) s. f. 1°   Selon Trévoux, espèce de coton qui croît autour de quelque fruit d Orient, auquel elle sert d enveloppe et qui vient d Alexandrie… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • OUATE — s. f. (On prononce Ouète. ) Espèce de coton plus fin et plus soyeux que le coton ordinaire, et qui sert à garnir un vêtement, une couverture, etc., entre la doublure et le dessus. Une camisole, une couverture d ouate, une jupe doublée d ouate.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • OUATE — n. f. Sorte de coton plus fin et plus soyeux que le coton ordinaire et qui sert à garnir un vêtement, une couverture, etc., entre la doublure et le dessus. Une couverture d’ouate. Acheter de l’ouate. On dit aussi De la ouate. Il se dit… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ouate — allouâtes alouate amadouâtes avouâtes bafouâtes clouâtes déclouâtes déjouâtes dénouâtes désavouâtes dévouâtes flouâtes houâtes jouâtes louâtes nouâtes ouate rabrouâtes reclouâtes rejouâtes relouâtes renflouâtes renouâtes rouâtes secouâtes… …   Dictionnaire des rimes

  • Ouate de cellulose — en vrac La ouate de cellulose, également connue sous le nom de d isolant de cellulose ou isolant cellulosique, est un matériau de construction isolant très prisé en écoconstruction. Elle est fabriquée d environ 85% de journaux recyclés et de 15%… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.